Le "noyau dur" de l'Institut

L'inauguration des locaux

Journée "Maurras en Berry"

Extrait de la revue CIVITAS

"Les Hussards, écrits des années 50"

La mémoire vraie de nos identités

 L'Institut d'Histoire des Identités Nationale et Régionale (IHI) est un projet. Des journalistes, des militants, des historiens, des étudiants, des intellectuels, appartenant à une même famille de pensée, ont souhaité, dans un premier temps, mettre en commun leur documentation, afin d'être plus performants dans leurs recherches.

Mais ce projet, nous souhaitons qu'il aille au delà de ce premier objectif. Nous constatons que les idées et les hommes qui ont illustré le nationalisme français et plus généralement les identités nationale et régionale, sont souvent racontés par leurs adversaires; les écrits sont dénaturés, sortis de leur contexte, tronqués.

Il faut remarquer que même la Bibliothèque Nationale est lacunaire au regard des collections de journaux et de revues. Malveillance, censure, incompétence ? Beaucoup de textes importants deviennent difficiles à consulter et ne sont parfois connus que de seconde main, une seconde main qui n'est pas toujours objective, loin s'en faut.

Bien plus, une sorte de police de la pensée s'ingénie à traquer, jusque dans les marchés aux puces, jusque chez les bouquinistes des quais de la Seine, jusque dans les rayons les plus inaccessibles des librairies, les écrits de certains maîtres et penseurs de nos identités.

Le simple souci de conservation de ces documents exige qu'un lieu adéquat soit aménagé quelque part en France.

Enfin, il est insupportable de voir, à l'occasion d'un décès, d'une succession mal préparée, des collections précieuses, faites de documents introuvables ou essentiels, être jetées, voire même tomber entre des mains hostiles.

L'Institut d'Histoire des Identités Nationale et Régionale a pour objectif l'étude des idéologies et des organisations politiques, culturelles ou sociales ayant appartenu au prisme du nationalisme français au sens large, ainsi qu'aux régionalismes, composants naturels de la Nation.

Il accordera une place prépondérante aux recherches et à la documentation sur les royalistes, les mouvements nationalistes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, les ligues d'avant-guerre, l'État français, la droite résistante, l'épuration, la mouvance "Algérie française", le renouveau national des années quatre-vingt, le souverainisme et le réenracinement régional.

Il attachera un intérêt particulier aux journaux et revues, aux courants littéraires et artistiques, à l'iconographie politique, aux affiches, tracts et autres "documents fugitifs", aux archives filmées, et à tous documents sonores...

Bien qu'Institut d'Histoire, il sera résolument tourné vers le présent, et c'est en vue de la compréhension des évènements contemporains que se constituera cette documentation et que s'orienteront ses recherches.

Il mettra à la disposition des chercheurs, des journalistes, des étudiants, une bibliothèque, des collections de revues et journaux, des documents d'archives, une collection d'affiches, une vidéothèque, une discothèque...

Il organisera des colloques, et procédera ou contribuera à l'édition de travaux, propres à faire avancer la connaissance de l'Histoire et à rendre plus lisibles les évènements du présent et les voies de l'avenir.

Enfin l'Institut sera doté de structures lui assurant une indépendance absolue à l'égard de toute organisation politique, philosophique ou autre.

Notre projet

Il s'agit d'un projet de longue haleine, et notre objectif est que l'Institut soit parfaitement opérationnel en 2002, avec un premier fonds de documentation.

Le lieu ?

Un village du centre de la France, en Berry. A 2H20 de Paris en voiture, 3H de Lyon, 4H de Toulouse ou Bordeaux, à 2H de Paris en Train.

Choisi pour sa position centrale (sur l'autoroute A 20 et la ligne SNCF Paris-Toulouse), ce village nous est cher parce que plusieurs des animateurs de l'Institut y habitent ou y ont des racines.

Chargé d'histoire, lieu de trouvailles archéologiques exceptionnelles sur la civilisation celte et gallo-romaine, avec son important musée, conservé dans son architecture du Moyen Age, ce village traduit bien la notion d'enracinement, d'identité, qui est le ciment de l'identité nationale à travers les époques. Par ailleurs, sur le plan de l'identité régionale, le Berry est une vieille terre de traditions.

Les collections

L'Institut prévoit de répartir les collections dans plusieurs bâtiments privés, pour des raisons de sécurité. Aux échéances fixées, l'Institut devrait se présenter comme suit:

- Bâtiments aménagés pour recevoir des collections;

- Installation de photocopieur, scanner, vidéo, fax, internet (un site propre sera constitué);

- Possibilité d'accueil et d'hébergement des chercheurs (gite rural ami à proximité);

- Archives d'un volume et d'une qualité significatives, classées, consultables;

- Fichier informatisé des archives disponibles;

- Possibilité de réception, de tri, de classement de toute donation de nouvelles collections;

- Conservateur, et équipe de chercheurs sur place.